Test à Singapour du véhicule sans chauffeur

Véhicule sans chauffeur à Singapour : c’est parti !

Véhicule sans chauffeur : une première mondiale à Singapour

C’est fait ! Vous pouvez maintenant commander votre taxi, le voir arriver jusqu’à vous, monter à l’arrière et constater… qu’il n’y a personne au volant ! Le véhicule sans chauffeur est arrivé tout seul à l’adresse indiquée sur votre smartphone et il repartira toujours tout seul pour vous conduire à la destination choisie. Bien sûr, cet usage transgressif de la technologie est encore réservé à quelques privilégiés associés aux opérations de test, mais le pas a été franchi.

Cette première mondiale, véritable prouesse technologique et informatique, est due à une start-up singapourienne, nuTonomy, développée par deux chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, le fameux MIT.

Les développeurs de nuTonomy

En gagnant le droit de mener ces premiers tests mondiaux en vraie grandeur, nuTonomy coiffe sur le poteau le géant UBER qui doit conduire son expérimentation sur une flotte de véhicules sans chauffeurs à Pittsburg, États-Unis, quelques semaines plus tard.

 

Véhicule sans chauffeur, pourquoi les tests à Singapour ?

Doug PARKER, le COO de nuTonomy qui pilote cette série d’essais en vraie grandeur, justifie ce choix par la forte demande de courses en taxi (la possession d’une voiture particulière est l’objet de taxes assez dissuasives dans la cité-État…), par le bon état du réseau routier et par la rare clarté de la réglementation officielle qui encadre ce type d’expérimentation. On imagine volontiers les réactions qui se seraient manifestées en France sous la double pression des chauffeurs de taxi et des méfiances induites par le sacro-saint « principe de précaution » …  « Singapour est le meilleur endroit au monde pour lancer les véhicules sans chauffeurs », a expliqué M. PARKER.

Il y a quelques mois en effet, un accord a été signé entre la Land Transport Authority, nuTonomy et Delphi Automotive Systems, une société partenaire basée en Grande Bretagne.

 

Véhicule sans chauffeur : une expérimentation sous contrôle

La phase initiale de test est ouverte aujourd’hui à un groupe d’une vingtaine de « clients-cobayes » sélectionnés. Ils peuvent appeler un véhicule pour se rendre dans l’un des 12 points de chute définis, tous situés au nord-est de Singapour.

Aujourd’hui, un seul modèle de véhicule électrique a reçu l’agrément des autorités de régulation : la Mitsubishi i-MiEV :

la Mitsubishi i-MiEV utilisée pour les tests de taxi sans chauffeur

et la Renault Zoé attend son habilitation. La flotte de nuTonomy devrait atteindre 75 véhicules aux alentours de 2018.

Les systèmes embarqués dans les véhicules (capteurs divers, caméras, radars, automatismes, alarmes…) sont opérationnels depuis longtemps.

Systeme d'évitement des obstacles

L’objet du test porte essentiellement sur la performance et la fiabilité des programmes, l’optimisation des itinéraires, les systèmes d’accès aux véhicules par smartphone ainsi que l’expérience personnelle et le ressenti des passagers dans cette situation inédite.

À entendre les premiers retours de ces passagers privilégiés, de jeunes geeks passionnés pour la plupart, les appréhensions légitimes, qu’elles soient techniques (fiabilité et sécurité des systèmes) ou plus psychologiques (quel ressenti devant la place vide du conducteur, le volant qui tourne tout seul ou l’évitement des obstacles…), ont très vite fait place à la satisfaction et à l’enthousiasme !

le systeme de location et d'appel

On aimerait quand même savoir ce que pensent les « taxi drivers » singapouriens de l’arrivée impressionnante de cette nouvelle concurrence…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *