Les quatre principales langue parlées à Singapour

Quelle langue parler à Singapour ?

Les différentes communautés singapouriennes utilisent une langue parmi quatre langues principales auxquelles il faut ajouter un bon nombre de dialectes minoritaires.

 

L’anglais d’abord !

Dès l’indépendance politique de la cité-État, en 1965, le Premier Ministre, Lee Kuan Yew, a choisi la langue anglaise comme facteur d’unification d’un pays multiracial.

Ajoutons que l’anglais était déjà très répandu du fait de la présence économique, politique et militaire de l’Empire Britannique.

Aujourd’hui, l’anglais reste la langue dominante, utilisée par l’administration, le gouvernement, les entreprises internationales, les universités et de très nombreuses écoles. La globalisation et le rôle économique prépondérant de Singapour ont encore augmenté sa place. En 2015, on estimait que 85% des singapouriens « parlaient anglais » mais que seuls 37% le parlaient de façon courante et correcte.

 

Le « singlish », langue nationale réelle

La forte présence du chinois et du malais dans la vie de l’île a contribué à dégrader l’anglais très pur de la période coloniale… Celui-ci s’est donc mâtiné d’expressions et de mots malais. De plus il a hérité des structures syntaxiques très particulières propres à la langue chinoise. Il en a résulté une sorte de langage hybride, le « singlish » (pour Singapore English…) typique de la cité-État. Truffé d’expression malaises et presque totalement déstructuré, il est souvent difficile à comprendre pour les étrangers qui parlent l’anglais d’Oxford ou l’américain de Boston…

Le gouvernement singapourien a plusieurs fois organisé des campagnes pour tenter d’améliorer l’anglais des citoyens, en particulier dans les écoles ou les universités.

 

Le malais, toujours langue nationale

Géographiquement, Singapour constitue la pointe sud de la Malaisie. Avant son indépendance, la ville appartint même pendant une courte période à la Confédération malaise. De son histoire, elle a conservé la langue malaise comme langue nationale.

Aujourd’hui, l’usage en est officiellement conservé dans la devise nationale et l’hymne officiel (« Majulah Singapura ») ainsi que dans les ordres et commandements militaires.

 

Le chinois : mandarin et différents dialectes

Les Chinois des Détroits avaient émigré vers Malacca depuis différentes régions de Chine qui avaient chacune leur propre langue.

Le gouvernement décida donc de promouvoir le mandarin comme autre langue unificatrice. Il permettait aussi aux descendants des immigrés de rester en contact avec leur pays d’origine dont le mandarin reste la langue officielle et la plus parlée.

On trouve à Singapour de plus en plus d’écoles enseignant le chinois et « en chinois ».

Dans la communauté chinoise, et en particulier dans le quartier de Chinatown, on entend aussi de nombreux dialectes comme le hokkien, le hakka ou le teochew. Mais l’usage de ces dialectes se perd au fil des nouvelles générations. Cependantl’arrivée importante d’immigrants de Chine a récemment contribué à le relancer.

 

Le tamoul la langue de 60% des Indiens

La majorité de la population indienne de Singapour conserve le tamoul comme langue maternelle et le pratiquer de façon courante.

 

La répartition et la pratique des différentes langues sont un reflet intéressant de la société singapourienne. En effet, elles illustrent sa volonté farouche de faire vivre ensemble des cultures différentes dans une véritable unité nationale.

Tous les affichages règlementaires se font donc en quatre langues : l’anglais, le chinois, le tamoul et le malais.

 

En 2015, la répartition des pratiques linguistiques courantes était la suivante :

Anglais : 36,9% de la population

Mandarin : 34,9%

Dialectes chinois : 12,2%

Malais : 10,7%

Tamoul : 3,3%

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *